Pages: [1] 2 3   Bas de page
Note actuelle: ****
Vous n'avez pas encore noté ce sujet. Choisissez une note :
Auteur Fil de discussion: Le PSG en deuil  (Lu 19503 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
snowstorm
Le moniteur de ski du forum
Équipe PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 744



Voir le profil
« le: 02 Octobre 2007 à 11:57:14 »

Citation
Francis Borelli, l’ancien président du PSG et de l'AS Cannes, est mort ce matin.
L’ancien éditeur et publicitaire a été dirigeant du PSG entre 1973 et 1978, avant de devenir président du club jusqu’en 1991.
Sous sa présidence, le club parisien a remporté ses deux premières Coupe de France en 1982 et 1983, le titre de champion de France de D1 en 1986 et celui de vice-champion de France en 1989.
En 1991, Canal+ investit dans le PSG et Michel Denisot devient président-délégué du PSG. Borelli devient par la suite président de l’AS Cannes en 1992, jusqu’en 1996.


C'est un jour très noir pour le PSG.
Un amoureux dingue du PSG et un ancien immense président nous quitte.
Sans lui, le PSG ne serait pas ce qu'il est devenu. Il a su créer un grand club familial dans la capitale, ce qui n'etait pas un mince affaire.

Je me souviens l'avoir croisé dans les couloirs du palais de justice de Paris alors qu'il etait président de Cannes. On avait discuté du PSG auquel il était attaché à vie.

Aujourd'hui, le PSG est triste.....
Journalisée

flopsg
Membre passionné PSG MAG'
***
Hors ligne Hors ligne

Messages: 45


Voir le profil
« Répondre #1 le: 02 Octobre 2007 à 12:10:07 »

RESPECT pour celui qui restera le plus grand président du club
Journalisée

xav
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 708



Voir le profil
« Répondre #2 le: 02 Octobre 2007 à 12:38:50 »

Je n'ai pas connu ce Président.
C'est à travers ce forum que j'ai appris que Monsieur était un dingue du Paris St Germain.

Arno P-E nous expliquait notamment:

"Le Paris Saint-Germain s’est sauvé en 1988 quand Borelli avait ouvert les portes de notre stade gratuitement, à qui voudrait bien chanter pour éviter la descente".  Respect

Peut être que les anciens de PSGMAG (Ad Vitam, Sin Anima, etc) pourraient nous faire une petite rétrospective ?


Xav
Journalisée

MARKOSUP
Administrateur PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1 191


Voir le profil WWW
« Répondre #3 le: 02 Octobre 2007 à 12:58:24 »

http://www.psgmag.net/dossier94.php
Journalisée

Arno P-E
Administrateur PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2 419



Voir le profil
« Répondre #4 le: 02 Octobre 2007 à 13:13:46 »

On savait tous que cette épée de Damoclès nous menaçait, que cela finirait par arriver, parce que M. Borelli était malade depuis des années... mais là, je suis très triste tout à coup.

C'est un peu de l'âme du paris qui s'en va avec lui...

Pleurer
Journalisée

tufir
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 526



Voir le profil
« Répondre #5 le: 02 Octobre 2007 à 13:34:14 »

Je n'étais pas au courant, je viens de voir cette très mauvaise journée, et ca me gache la journée.

Paix à son âme.

Tufir
Journalisée

Ad Vitam
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1 343



Voir le profil
« Répondre #6 le: 02 Octobre 2007 à 13:35:15 »

Xav, les anciens du Forum sont trop tristes pour écrire quoi que ce soit.
Et puis, histoire de rappeler que PSGMag est aussi un magazine, Marko nous renvoi à un excellent dossier.

Qui a oublié les images d'un homme ivre de bonheur, à genoux, embrassant la pelouse au soir d'une finale de Coupe de France contre le St Etienne de Platini.
C'est ici !


Une seule phrase à mettre en exergue :
"Depuis qu'à Paris on s'est inventé des voyages qui tutoyaient les nuages, je me refuse à baisser les yeux. Vous aussi j'espère. Je vous en conjure, ne sifflez pas nos footballeurs, applaudissez-les qu'ils retrouvent une lumière définitive."

Borelli était l'âme de ce club.
L'idée de ne plus le croiser aux abords du Parc, les soirs de matchs, m'est difficile à supporter.

Ad
Journalisée

Sin anima
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 288



Voir le profil
« Répondre #7 le: 02 Octobre 2007 à 14:41:22 »

Connaissant bien ce dont souffrait Môsieur Borelli je ne peux pas être triste car il est enfin délivré de cette vraie merde.

Avec sa mort ce club a pour moi définitivement disparu...

Sin - amer
Journalisée

smegs
Équipe PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1 101



Voir le profil
« Répondre #8 le: 02 Octobre 2007 à 15:16:28 »

triste nouvelle.....

j'ai le cafard depuis ce midi, depuis que je l'ai appris. Une histoire se termine, une page se tourne.
Journalisée

Arno P-E
Administrateur PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2 419



Voir le profil
« Répondre #9 le: 02 Octobre 2007 à 21:37:55 »

Peut être que les anciens de PSGMAG (Ad Vitam, Sin Anima, etc) pourraient nous faire une petite rétrospective ?
Francis Borelli s’est éteint, dans la matinée du 02 octobre 2007. Chez les plus jeunes supporters du Paris SG, ceux qui n’ont pas connu les années 1970 et 1980, il sera difficile de comprendre le choc que cela représente. Pour cela, il faudrait savoir qui est Francis Borelli...

En juin 1973, le Paris SG vient de remonter en deuxième division. Eh oui, vous avez bien lu... Notre club montait dans ce que l’on nommait alors la D2 quand un nouveau président en prit les commandes. Cet homme providentiel c’est Daniel Hechter, le grand couturier. Venu aider le club à accéder à la L1, Hechter apporte dans ses valises les moyens de ses ambitions : un entraîneur revanchard, Just Fontaine ; des joueurs ambitieux, comme le regretté Dogliani, et quelques associés aux mythiques chemises colorées... dont un jeune publicitaire passionné, déjà : un certain Francis Borelli.

Dix mois plus tard, et après une rencontre épique face à Valenciennes durant laquelle Just Fontaine s’évanouira sur le banc en fin de partie à cause d’un malaise cardiaque, ce groupe réalise le rêve d’une poignée de supporters : le Paris Saint-Germain FC accède à la première division. C’est l’insolente réussite de ce que France Soir appellera le Gang des Chemises Roses. C’est aussi et surtout le début de l’Histoire de notre club, tel que nous le connaissons désormais.

A partir de là, le PSG va grandir, doucement. Mais pas sans heurt. En effet, dans la première semaine de l’année 1978, un scandale éclate : afin de pouvoir payer ses joueurs davantage que le salaire maximum fixé par la loi (moins de 2000 € par mois !), le club de la Capitale avait recours à un système de double billetterie alimentant une caisse noire. Jugé à la va-vite, Daniel Hechter sera suspendu à vie le 6 janvier par la FFF. Le nouveau président, élu trois jours plus tard n’est autre que Francis Borelli.

Ce 9 janvier 1978 débute une présidence qui ne cessera que le 31 mai 1991. Treize années passées à la tête du Paris Saint-Germain. Treize années durant lesquelles Borelli montrera quel président, quel supporter, et quel homme il est.


Un président dans les actes

S’il ne fallait retenir qu’un seul geste de ce président du PSG, ce ne serait pas forcément celui auquel tout le monde va faire référence dans les jours prochains... Oui, M. Borelli a embrassé la pelouse du Parc un certain 15 mai 1982. Oui ce soir-là restera à jamais comme celui du premier titre pour le Paris SG, cette coupe de France gagnée aux tirs aux buts face à Saint-Etienne. Et oui, l’image du président agenouillé, sa sacoche en cuir pendue au poignet, en train de remercier les Dieux du Parc d’avoir permis à Rocheteau de d’égaliser in extremis, au bout du bout de la prolongation, sauvant ainsi son équipe, oui cette image est sublime... C’est un merveilleux symbole.

Ce n’est pourtant pas le geste le plus beau, ou le plus fou que M. Borelli ait fait. Celui-là, il faut le chercher six ans plus tard, en mai 1988. Le PSG est alors relégable et n’a plus que trois matches pour arracher sa survie dans l’élite. Voire sa survie tout court car les finances vont mal. Déficitaire depuis quelques temps, le club ne se remettrait sans doute pas de la perte financière causée par une descente en deuxième division.

C'est alors que Borelli prend une incroyable décision. Tant pis pour le fric ! Tant pis pour la recette. Et tant pis pour les dettes. Borelli prend sa décision avec son cœur. Il ouvre les portes du Parc à qui veut bien soutenir les joueurs Rouge et Bleu. Gratuitement. Il offre le Paris Saint-Germain à ses fans. Il confie son bébé aux supporters. Avec une mission... En contrepartie, les supporters de la Capitale devront sauver leur club. Tout simplement. Sauver leur équipe.

Plein comme un oeuf, le Parc contribuera à éviter la descente, grâce à un nul contre Auxerre et une victoire face à Lens. Un Parc de feu pour deux matches exceptionnels... mais sans la moindre rentrée d’argent.

Or, cette décision, en chef d’entreprise qu’il est, Borelli sans bien qu’elle ne sera pas sans conséquences. En se privant des recettes de ces rencontres, il sait pertinemment qu’il creuse encore un déficit déjà préoccupant. Sans doute se doute-t-il alors qu’à terme c’est ce qui causera sa perte, à lui. Pour donner à ses supporters l’occasion de sauver le PSG, Borelli sacrifie sa carrière. Trois ans plus tard, à peine, il sera débarqué... Le PSG, alors exsangue a besoin de liquidités et c’est Canal + qui y pourvoira... poussant à la retraite l’ancien publicitaire aux chemises roses.

Une page se tourne en 1991. Celle du président qui aura fait passer le Paris Saint-Germain avant sa propre personne... Mais si aujourd’hui encore, en 2007, ce club est encore en L1, s’il est même devenu doyen à ce niveau, c’est avant tout grâce aux actes de Francis Borelli, en ce mois de mai 1988.


Un président face à l’Histoire

Même pour un club aussi jeune que le Paris SG, il faut comprendre qu’au bout du compte seule l’Histoire importe. D’ici quelques années, les derniers supporters mythiques, les icônes du Parc comme Mamie Hooligan et Kronenbourg, ces supporters dont on dirait que le Parc a été construit autour d’eux tellement ils y sont à leur place, ces survivants nous quitteront, malheureusement. Et avec eux s’en ira la mémoire d’évènements glorieux, comme la montée en première division, l’élimination en coupe de France face à Nantes en mars 1981, etc.

Ces faits d’armes, c’est dans les livres qu’il faudra les découvrir... Or, on n’y écrit bien souvent que l’Histoire. Pas les petites histoires. On y évoque les vainqueurs, et leurs titres. Les deuxièmes, ceux qui se contentent d’accessits, qui fêtent les finales perdues, ceux-là sombreront dans l’oubli.

Le palmarès du PSG portera éternellement la trace du travail de Francis Borelli. Car il a marqué notre club du sceau des gagnants : c’est sous sa présidence que Paris a commencé à remporter ses premiers titres. Deux coupes de France consécutives, en 1982 et 1983, d’abord, exploit remarquable pour un club créé une douzaine d’années plus tôt à peine. Quelque part si vingt-cinq ans après le club de la Capitale reste une « équipe de coupes », c’est peut-être là qu’il faut en trouver l’origine... Affirmer que M. Borelli a pesé sur l’Histoire du Paris SG n’est pas parole en l’air.

Ensuite, c’est le titre de Champion de France 1986 que les Parisiens remportent, améliorant au passage le record d’invincibilité en première division.

Tout cela, personne ne pourra jamais l’effacer. Dans quelques décennies, les palmarès du football français porteront toujours notre nom. Grâce à lui. Et si un jour, son rêve devient réalité, si un jour notre Histoire devient Légende, c’est parce qu’en 1982, une première ligne aura été écrite. C’est Francis Borelli qui tenait le stylo.


Un président dans les mots

M. Borelli a modelé le club à son image, tout au long de sa présidence. Il a créé un esprit de famille autour de lui, grâce à sa relation si spéciale à son club. Et c’est là qu’il faut enfin citer ce mot qui caractérise notre ancien président. Ce mot qui fait peur, parfois : l’Amour.

Le président Borelli aime son club. Il aime ses joueurs, et ses supporters. Mais plus important : il le dit. Sans honte, sans se cacher.

M. Borelli, de par ses actes, ses victoires, mais surtout grâce à ses discours a réussi a décomplexer tous les supporters du Paris SG. Qui d’autre peut se vanter d’avoir un ancien président capable de tenir ces propos-là, huit ans après son éviction ? Oui j'aime le PSG d'un amour indéfectible. Le temps n'a rien gommé. Dans la vie des équipes, dans l'existence même des clubs, certains cycles s'amusent à freiner les destins. Même les plus hauts. C'est ainsi. Faut-il pour autant renoncer ? A-t-on le droit de se détourner de sa plus vibrante passion ? Évidemment que non. Je vous l'ai déjà écrit : j'aime le PSG. Et personne ne pourra me changer.

Le football n’est plus un sport où vingt-deux gars en short se disputent un bout de cuir. Avec Borelli le football s’assume. Oui c’est une passion ! Dévorante, parfois... Irraisonnée, toujours. Oui cela n’a rien de logique mais le PSG fait partie de nous et les années ou l’éloignement n’y feront jamais rien. Il n’y a plus de honte à le dire, à suivre l’exemple de ce président amoureux de son club : nous aussi, nous aimons Paris ! Notre cœur bat Rouge et Bleu !

Oui, nous avons désormais le droit de souffrir après une défaite, même si beaucoup ne nous comprennent pas, ou nous méprisent. Parce que là encore, Francis Borelli a montré la voie : J'entends quelques quolibets. Comme vous. Qu'importe : on pourra même me traiter de fou, il n'y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s'enflamme encore.

Voilà le cadeau que nous aura donné ce président exceptionnel : le droit d’aimer notre club. Parce que lui l’a fait avec tant de force et de beauté que derrière, tout le monde peut s’engouffrer dans la brèche...


Alors samedi, face à Rennes, le Parc des Princes sera chargé d’émotion. Alain Cayzac, son digne successeur a décidé d’accorder non pas une, mais deux minutes de silence en la mémoire de Francis Borelli. Gageons qu’elles seront respectées comme jamais minute de silence ne l’aura été dans notre stade.

Ceci dit, de là où il nous regarde, il est peu probable que M. Borelli souhaite nous voir tristes, et accablés. Bien au contraire, il y a fort à parier qu’il sera bien plus content si, en plus des deux minutes de silence, nous lui offrions en cadeau quatre-vingt-dix minutes de chants. Qu’est-ce qui pourrait lui faire plus plaisir qu’un match entier passé à chanter notre amour du Paris saint-Germain, à cet homme qui a écrit il y a près de dix ans ces mots encore si actuels : N'ayez pas peur. Battez-vous contre la résignation. Depuis qu'à Paris on s'est inventé des voyages qui tutoyaient les nuages, je me refuse à baisser les yeux. Vous aussi j'espère. Je vous en conjure : ne sifflez pas nos footballeurs, applaudissez-les pour qu'ils retrouvent une lumière définitive. Ces joueurs-là ont subi une terrible charge émotionnelle. Ils ne sont ni des robots, ni des machines libérées des doutes et des angoisses. Mais des êtres de chair et de sang tout simplement. Bien sur les esprits sont atteints. Mais ne méritent-ils pas du respect, et oserais-je l'affirmer, quelques honneurs, ces footballeurs-là ? (...)
Je ne réclame rien. Je ne veux froisser personne. Je devine trop bien les interrogations de certains. Tant pis pour eux. Je veux juste vous crier qu'il est indispensable de supporter le PSG. Qu'il repartira encore plus fort grâce à une force collective, à des bouts d'amour qui s'additionnent. Je vous l'avoue il ne se passe pas une journée sans que je rêve des dizaines de 'ola' qui enlacent tendrement les gradins du Parc des Princes. Je ne revendique rien. Oui, Paris a toujours un grand club. Qui va se réveiller plus fort, plus uni. Comme nous tous au fond, face au périple de la vie avec ses joies et ses douleurs. Qui poussent à se battre. Et le Paris Saint-Germain ne refusera jamais de se battre. Je le sais. Vous le savez tous. Vous ne seriez pas au Parc des Princes sinon...


Ce matin du 2 Octobre 2007, Francis Borelli est mort. Le terme est cru. Dur. Il faut l’assumer. M. Borelli n’est pas « parti ». Il ne nous a pas « quittés ». Parce que cela, il ne le pourra jamais. Même mort, M. Borelli est toujours parmi nous. Son sourire reste aux Trois Obus, où nous pouvions encore le croiser, tout de gentillesse, même diminué par la maladie. Son amour demeure sur cette pelouse qu’il a embrassée et dans ces tribunes qu’il aura toujours défendues. Son âme sera là, au Parc, samedi et pour tous les tous les autres matches. Elle fait désormais partie du Paris Saint-Germain FC. Pour toujours.
Journalisée

dugudu
Équipe PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 354



Voir le profil
« Répondre #10 le: 02 Octobre 2007 à 21:46:42 »

Moi aussi c'est ici que j'ai appris qui était M. Borelli...

"Le PSG, c'est mon amour, c'est ma passion. Tout ce qui vient du PSG m'enchante. Il n'y a rien qui me soit arrivé de mieux."

 Triste
Journalisée

Elteor
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 757



Voir le profil WWW
« Répondre #11 le: 03 Octobre 2007 à 00:13:42 »

Merci Arno pour ce texte.

Ce soir en rentrant chez moi et en me connectant ici j'ai appris (pas ecouté la radio ou lu internet aujourd'hui).

Je le savais malade. Quelque part pour lui c'est une délivrance.
Je ne le connaissais pas personnellement mais je suis tombé amoureux du PSG le jour de la finale de la coupe (le jour ou Francis a embrassé la pelouse). Cela coincidait aussi avec mon arrivée a Paris.

Je ne le connaissais pas mais j'aimais beaucoup ce bonhomme. Et ce soir devant mon PC je n'ai pas honte de le dire en lisant ces messages en tapant le mien je chialle.

Au revoir Monsieur Borelli. Tu es et tu resteras toujours le plus grand Président du PSG. En tout cas le plus HUMAIN.
« Dernière édition: 03 Octobre 2007 à 00:25:03 par Elteor » Journalisée

tuco
Membre bavard PSG MAG'
****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 174



Voir le profil
« Répondre #12 le: 03 Octobre 2007 à 03:15:21 »

Merci aussi Arno P-E pour ce très beau texte…


J´ai commencé mon histoire d´amour avec le PSG avec Francis Borelli. « J´ » ai gagné mes premiers titres avec lui, j´ai découvert le Parc avec lui. Il restera à jamais dans mon imaginaire comme LE président du PSG. Amour pour Arno P-E, Humain pour Elteor, tout est dit dans ces deux mots, ces deux jolis mots qu´il a gravé à jamais dans nos cœurs rouge et bleu…


Merci Mr Borelli, ce soir je ne peux que verser une larme et boire un verre en toute amitié


Tuco ()
Journalisée

xav
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 708



Voir le profil
« Répondre #13 le: 03 Octobre 2007 à 08:48:55 »

Merci beaucoup, mon cher Arno P-E, pour cet hommage.

Je retiendrai surtout  :

" N'ayez pas peur. Battez-vous contre la résignation. Depuis qu'à Paris on s'est inventé des voyages qui tutoyaient les nuages, je me refuse à baisser les yeux. Vous aussi j'espère. Je vous en conjure : ne sifflez pas nos footballeurs, applaudissez-les pour qu'ils retrouvent une lumière définitive. Ces joueurs-là ont subi une terrible charge émotionnelle. Ils ne sont ni des robots, ni des machines libérées des doutes et des angoisses. Mais des êtres de chair et de sang tout simplement. Bien sur les esprits sont atteints. Mais ne méritent-ils pas du respect, et oserais-je l'affirmer, quelques honneurs, ces footballeurs-là ? (...) "

 Respect

Epoustouflant !!!

Xav


Journalisée

Ad Vitam
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1 343



Voir le profil
« Répondre #14 le: 03 Octobre 2007 à 09:22:31 »

Sin, mon ami.

Pour une fois, je ne serais absolument pas d'accord avec toi.
"Il est enfin délivré de cette vraie merde" dis-tu.
J'ai juste, comme beaucoup de supporters, croisé ce grand Monsieur aux abords du stade. Je n'ai pas eu le plaisir, l'honneur, la chance de discuter avec lui du Club.
Mais je suis intimement persuadé que son souhait le plus cher n'était pas d'être "enfin délivré" du Club.

On pourrait gloser longtemps sur le chemin prit depuis 1991.
On pourra dire tout ce qu'on veut sur la perte de "l'état d'esprit d'origine".
On pourra regretter le bon vieux temps.
Mais le Club reste le Club.
Le Paris Saint-Germain restera le Paris Saint-Germain.
Et jamais je ne pourrais imaginer que le Président Borelli puisse avoir, un jour, eu l'envie d'être débarrassé de son amour pour nos couleurs.

Non, Sin, le Paris Saint-Germain ne mourra jamais tant que des hommes comme Francis Borelli défendront ses couleurs.
Non, Sin, Francis Borelli ne mourra jamais, tant que le Club existera.
Non, Sin, jamais un amoureux du Club ne pourra être "délivré de cette merde".

Ad
Journalisée

Pages: [1] 2 3   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2008, Simple Machines | Infos PSG | Football-Foot | Pronos foot
Thème PSGMAG.NET by Satanas