Pages: [1]   Bas de page
Ce sujet n'a pas encore été noté !
Vous n'avez pas encore noté ce sujet. Choisissez une note :
Auteur Fil de discussion: Focus sur un supporter de Lausanne  (Lu 1722 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
MARKOSUP
Administrateur PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1 191


Voir le profil WWW
« le: 15 Octobre 2008 à 16:32:58 »

Un article de Carton Rouge, trouvé via mouvement-ultra, sur un supporter de Lausanne.

Citation
La Réunion - LS 0-1
Auteur : Yves Martin

Samedi 4 octobre, coup de grelot du rédac’ chef : «Ça ne te dérange pas si on a déjà quelqu’un pour l’article de Servette-LS ?» Mescolles : «Non, pas de problème. J’ai vu qu’il y avait de nouveaux rédacteurs pour s’occuper des Grenat à domicile, s’ils veulent faire ce match, OK.» Puis je précise : «En plus ce derby tombe en plein milieu de mes vacances. Je serai à La Réunion. Avec ma femme.»

Mon boss, qui sait pertinemment que je n’ai pas raté de match officiel du LS depuis bientôt quinze ans, et qui m’a de fait engagé pour cela – c’est quand même bien pratique pour couvrir les Gossau-LS en semaine – est incrédule : «Tu vas rater ce match ?» «Je ne sais pas, franchement. Je regarde avec ma femme. Je vais tenter l’aller et retour, mais pas sûr que cela soit possible.» Je l’entends clairement sourire au travers du combiné… «Si tu fais ça, il va falloir te faire une statue !» Mouais. Ce ne sera pas le «Penseur», c’est au moins certain. Toujours est-il que j’ai reçu mission de pondre un article au cas où j’effectuerais le saut de puce. Et que si tu me lis en ce moment, c’est qu’il a bien dû se passer une Martinade bien débile, du coup.

Joli délire, en fait. Ou comment ménager la chèvre et le chou (et je te laisse deviner qui de ma femme et de mon club fait la chèvre, et qui fait le chou). Mais il faut tout de même préciser que sur ce coup-là, la poisse s’en est salement mêlée. Pour la première fois – et dernière, crois-moi sur parole – de ma vie, choix est fait de ne pas partir en vacances entre Noël et Nouvel-An, seules dates garanties football-free. Il s’agira exceptionnellement de douze jours, du lundi 6 au vendredi 17 octobre, profitant de la trêve internationale (Suisse-Lettonie le samedi 11, Grèce-Suisse le mercredi 15). Le match à Genève étant prévu le samedi d’avant et celui en Coupe contre Xamax deux semaines après, il y a une lucarne d’opportunité. Au pire, je rate un amical. Je déteste ça, mais je peux vivre avec ce poids.

Et puis, vendredi 3 octobre, la dépêche tombe : le LS a demandé et obtenu le report du match, trois joueurs étant retenus avec la Nationale M19. Nouvelle date : dimanche 12 octobre. Vlan. Bien calculé : exactement au milieu de mes vacances.

A ce stade, tu connais déjà le fin mot de l’histoire, donc inutile de broder pour tenter l’effet surprise. Et impossible également d’écrire un article pseudo-comique là-dessus : la situation en elle-même, et le choix qu’elle a engendré, sont suffisamment absurdes. Alors pour une fois, permets-moi de ne pas essayer d’être drôle. Je peux juste tenter d’expliquer sobrement (le mot est peut-être mal choisi) ce qui amène un gars comme moi à faire une connerie de ce genre. Ça pourra toujours servir aux sociologues des générations futures, ou aux thésards qui s’attaqueraient au sujet «Les petites aliénations mentales et leurs effets secondaires».

Commençons. Quand tu as cette passion, ce truc qui te ronge de l’intérieur, cette obsession qui fait que tu as 24 heures sur 24 une petite routine qui tourne dans ta tête sur le mode LS, il faut bien composer avec. Il s’agit donc immanquablement d’assouvir cette soif, tout en préservant du mieux possible le côté humain, les dégâts infligés aux gens qui comptent, qui t’entourent.

Dans cette histoire, les gens qui m’entourent sont ma femme. C’est la première et dernière fois que je parle d’elle ici. Elle se prénomme Aline, nous somme mariés depuis onze ans, et je te laisse imaginer ce qu’elle a déjà enduré à cause du foot. Elle est formidable au-delà des mots. Une perle *. Il va falloir faire dans le néologisme : elle est Alinesque.

C’est avec elle que je pars douze jours à La Réunion, et il est important, ce footu voyage. On a parfois besoin de se retrouver, de fiche le camp loin du train-train. Ça s’appelle la vie de couple, tu verras quand t’auras mon âge. Alors quelles sont les solutions, posément ?

Annuler les vacances, laisser ma femme partir seule… Impensable. Faut que je t’avoue quelque chose, puisqu’on n’est que les deux : je suis très amoureux d’Aline. Je ne peux pas lui faire ça.
Décaler les vacances. Elle a déjà avalé pas mal de couleuvres. Là, l’anaconda aurait eu du mal à passer. Et puis avec les vacances posées de part et d’autre, à un jour ouvrable du départ, et en comptant toutes les réservations à annuler – avion, hôtel, voiture de location – cela coûtait grosso merdo le même prix qu’un aller et retour, tensions extrêmes en plus.
Rater le match. Oui, bien sûr, il y avait aussi ça. Je ne suis jamais passé aussi près en quinze ans. Et puis, pour reprendre un poncif, toute série qui se prolonge touche à sa fin. Alors j’ai envisagé. Mais il y avait au moins deux problèmes majeurs : premièrement je m’en serais voulu à mort de ne pas TOUT tenter pour voir ce match. Deuxièmement, je pense – je sais – que j’aurais été insupportable pendant ces vacances. Au moins trois jours avant et quatre jours après le match. J’aurais tourné en rond, pourri la vie de mon épouse, j’aurai été malade physiquement. Je préfère être malade mentalement.
Restait donc l’aller et retour. Départ de Saint-Denis samedi 11 à 21h30. Arrivée à Paris le lendemain à 6h00, puis à Genève à 11h00, cinq heures avant le derby. Juste le temps de sauter dans le train pour Lausanne afin de redescendre à… Genève avec les copains du BWFK (bizarrement, c’est ce dernier crochet qui fait dire à Psyko Franco qu’il faudrait m’interner). Le match a lieu, on ramène un point, puis dodo, et retour à La Réunion le lendemain avec arrivée à Saint-Denis mardi 14 au matin. Coût de l’opération : 2'300 francs, et deux jours de vacances amputés. L’un de mes proches m’a dit «Si tu fais ça à Aline, tu es un sale con.» Je suis un sale con.

Résultat de l’opération : ma femme a profité de ses deux jours de relâche dans les vacances pour faire tout ce que je n’avais pas envie de faire avec elle, comme vitrifier sur la plage, et elle est contente que je passe mes vacances avec elle. On ne parle donc que d’argent. Une somme rondelette, j’en conviens… Et alors ? On se fait chier toute l’année à mettre des ronds de côté, c’est bien pour les claquer ! On a estimé que cela valait le coup, que cela valait le coût… J’ai payé 2'300 francs pour voir un match de seconde division suisse, so what ? Quand t’as acheté ta télé à 2'000 balles, personne n’a rien dit ! Disons simplement que le treizième sera particulièrement bienvenu cette année.

Pour la petite histoire, le but égalisateur du LS a été marqué par Basha. L’un des trois internationaux M19 pour lesquels ce match avait été déplacé. Messieurs les dirigeants, vous avez fait du bon travail. On se voit le 18, en Coupe contre Xamax.

Lausanne-Sports, Partout et Toujours.

Aline, je t’aime.

*Spécialement pour mon amie Christine, un rappel de la définition d’une perle :

C’est un jeune disciple qui va trouver son grand Maître et qui lui demande :
- «Grand Migou, quelle est la différence entre une femme et une perle ?»
- «Question simple, mon fils : une perle, tu peux l’enfiler des deux côtés.»
- «Mais une femme aussi, parfois !»
- «Alors, c’est une perle.»


Le même en interview : http://www.cartonrouge.ch/fr/entretien/place-des-grands-hommes/details/archive/2007/fevrier/article/entretien-avec-yves-martin-1/index.html
Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2008, Simple Machines | Infos PSG | Football-Foot | Pronos foot
Thème PSGMAG.NET by Satanas