Pages: [1]   Bas de page
Ce sujet n'a pas encore été noté !
Vous n'avez pas encore noté ce sujet. Choisissez une note :
Auteur Fil de discussion: Qu'il est dur le métier de journaliste sportif en période de transferts...  (Lu 1444 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Arno P-E
Administrateur PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2 419



Voir le profil
« le: 17 Juin 2008 à 19:52:41 »

Sale temps pour un Touboul...

Une page entière quotidiennement remplie par un bon gros tableau de rumeurs de transferts, c’est toujours ça de pris. Une petite heure d’émission de radio occupée rien que par les possibles mouvements de joueurs, l’affaire est dans le sac. Des articles Internet exclusivement consacrés aux possibles départs et arrivées, c’est fait... Mais alors, le mercato serait-il du pain béni pour les journalistes ? Certainement pas !

Ah ça, quand on se contente d’ouvrir son petit journal dans le métro, ou d’allumer en catimini son poste de radio à 16 h au bureau, c’est sûr qu’on ne la gère pas trop difficilement la période des transferts ! Seulement ces rubriques, ces émissions et ces pages web, il faut bien que quelqu’un se charge de les alimenter. Vous y aviez pensé, vous, à ceux qui partent jour après jour à la pêche aux infos transferts ? Tous ces journalistes d’investigation qui, crayon au poing et téléphone portable à l’oreille suent sang et eau pour vous informer coûte que coûte ? Ceux qui oeuvrent malgré les pressions, malgré la violence de ce milieu sans pitié, faisant fi du risque de se retrouver en photo sur une affiche de Reporters Sans Frontière dénonçant les violences contre les journalistes ? Eh bien non...

Vous, bande d’égoïstes, vous vous contentez de parcourir la page mercato du Parisien d’un oeil distrait, avant de grogner votre égoïste insatisfaction parce que Roche et Villeneuve n’ont toujours pas réussi à faire signer Kabouminski, qui pourtant comme milieu droit est trop fort. Mais le travail en amont, le labeur du professionnel de l’info, ça, vous vous en fichez ! En plus si ça se trouve vous ne payez même pas pour la voir la rubrique transferts, parce que vous allez la consulter gratuitement sur le net... Bravo pour la reconnaissance : elle est belle la France du football, tiens !

Mais comment dénicher des infos si le coach il ne veut rien vous dire ?

Le temps est venu de rendre hommage à ces travailleurs de l’ombre, tous ces hommes et femmes sans lesquels il n’y aurait aucune rumeur concernant le marché des transferts. Il est temps de montrer à la face du monde comme elle est ardue, la tâche qui consiste à alimenter la rubrique mercato de L’Equipe.

On n’imagine pas les corvées qu’il faut effectuer, des mois durant, avant de commettre enfin un article sur l’hypothétique venue de Thuram à Paris ! Tout d’abord, on commence par enquêter. Il s’agit de fureter dans tous les coins, de sonder LA source d’informations la plus originale possible, le gars auquel personne ne songerait, mais qui détient moult informations. Bref, d’effectuer une pure enquête d’investigation.

Du coup, pour commencer, le journaliste prend son téléphone... et il appelle Le Guen. Histoire de lui demander comme ça, mine de rien, dans la conversation, qui il souhaiterait recruter. Mais attention à la ruse : il fait ça avec une discrétion maximale, digne de celle de l’homme invisible, voire d’un Malouda en Suisse. Le but : amener Le Guen à parler mercato sans qu’il ne s’en rende compte... L’embrouille de coach, c’est un art !

Le souci c’est que Le Guen n’est en règle générale déjà guère prolixe. De plus, et ça va vous étonner, il détecte avec une déconcertante facilité toute les tentatives de lui tirer les vers du nez concernant les transferts. Même les plus habiles ! Et pourtant des tentatives habiles, il y en a : oui, euh sinon, en milieu droit, Kabouminski, tout ça, je veux dire en tant que connaisseur quoi, vous le trouvez comment, vous ? Hein ? Imaginez (au hasard hein), à Paris, Kabouminski ? Vous je veux ça vous irait à vous ? A Paris ? Le Kabouminski ? Allo ? Allo ?...

Pas moyen de lui tirer la moindre réponse à ce Le Guen. Gasp. Le Breton est rusé.

Comment ça, toi aussi tu veux aller en Angleterre ?

Alors pas découragés, les journalistes décident généralement ensuite de se tourner vers les joueurs. Histoire de tâter le terrain, savoir ce qui les intéresserait ou pas, quelles destinations ils souhaiteraient privilégier... Mais là encore, le résultat se révèle souvent un poil décevant. Non pas que les joueurs rechignent à s’exprimer : au contraire, ils sont comme tout le monde, toujours ravis d’évoquer leur nombril, leurs désirs, leurs plans de carrière. Du coup, ils parlent... Mais voilà, ils racontent tous la même chose !

En gros, il y a quatre phases pour les joueurs de L1 (oui, parce que le journaliste spécialisé dans les transferts privilégie tout de même les interviews de joueurs de L1... ce n’est pas une question de goût, c’est juste qu’à l’étranger les autres joueurs ne parlent souvent que l’étranger, c’est ballot, alors que en L1 au moins ils parlent le français, ce qui est tout de même plus pratique à comprendre pour un journaliste, nous en conviendrons tous).

Phase numéro 1 chez le footballeur pro : le souhait de base. Il concerne les chanceux, les joueurs doués à qui tout sourit, bref, ceux qui savent faire une passe (et Dieu sait qu’en L1, ça se fait rare). Ceux-là ont les moyens de leurs ambitions, et rêvent à haute voix de ce que Canal + leur a dit que c’était ça le meilleur championnat du monde : leur kiffe, c’est le championnat anglais.

D’ailleurs ces joueurs ont des touches avec l’équipe phare de Premier League : Portsmouborroughlton, qui est pile poil le club de leur cœur qui les a fait rêver quand ils étaient petits, du coup avouez que ça, ça tombe bien alors... Précisons toutefois que l’argent n’a rien à voir là-dedans, non-non-non, c’est juste que voilà, les fans de Tottenleedscounty les ont toujours impressionnés, alors obligé, ils souhaitent rejoindre le championnat anglais. Tous.

Puis, quand vous passez le micro au gars assis juste à côté dans le vestiaire, il vous sort exactement la même, en rajoutant -au cas où- que le championnat espagnol l’intéresserait aussi, voire le championnat italien ou même allemand, du moment qu’il y a un gros contr... euh... de la passion à la clef, c’est l’essentiel.

Passons maintenant à la seconde phase : les footballeurs fonctionnaires. Eux ont déjà été plusieurs fois retransmis sur Canal +, donc on a tous pu voir qu’ils ne savaient pas faire de passe correcte, et du coup pour Birmingbledon United, c’est râpé. Depuis, ils se sont résolus à aller à Lyon, mais ils n’osent pas trop le dire à la presse. C’est qu’en L1, ça n’est pas vraiment bien vu. En fait ils ont un peu peur de trop s’éloigner de maman, et puis même si on ne joue jamais, même s’il n’y a aucune passion et même s’il faut supporter la vue de Junhinho tout nu dans le vestiaire, Lyon est quand même le seul club de France où l’on est assuré de gagner plein de fr... plein de titres. Et ça c’est important, les titres (surtout ceux au porteur d’ailleurs).

Catégorie 3 : les joueurs inconscients du danger, ceux qui n’ont plus le choix parce qu’ils ont déjà fait banquette à Lyon deux saisons, ou encore ceux qui ont une envie irrépressible de passer à la télévision, quoi qu’il en coûte. Pour eux, deux réponses possibles en interview : ils veulent soit Paris, soit Marseille... voire ils hésitent entre les deux. Mais là on est face à des cas très rares de déficience cognitive profonde, type syndrome de Pédretti.

Pas très originale, l’envie de jouer à Paris-qui-est-d’ailleurs-le-club-de-mon-cœur (en un seul mot) concerne à peu près 127 joueurs de L1. Quand vous tendez le micro et que l’on vous sort ça, vous pouvez déjà vous préparer à vous faire engueuler par le rédac chef. Disons que l’on se retrouve assez loin de la case « scoop »...

Dernière phase pour les interviewés : les désespérés de la vie. Ceux qui savent qu’en l’état la Premier League faut pas trop y compter, que Lyon ne voudra même pas d’eux pour cirer le banc de l’équipe B les semaines où il y a championnat plus coupe d’Europe plus tournée en Corée, mais qui ont trop peur du PSG et de l’OM, et qui se disent que finalement, arrière droit à Nancy ça le ferait bien. Alors évidemment, vu de Paris, partir du Mans pour aller à Nancy nous on ne voit pas trop l’intérêt : ça fait des frais de déménagement pour pas changer grand-chose, mais bon... après tout si ça les amuse !

Quoiqu’il en soit, nos journalistes se retrouvent avec des interviews de footballeurs qui tous rêvent exactement du même parcours... ce qui cela ne les avance guère dans l’élaboration de leur article qu’il faudra rendre pour avant-hier.

Nos héros des temps modernes sauront-ils pondre leur rubrique mercato en dépit des obstacles qui s'accumulent sur leur route ? Oui : car entre le coup de fil hyper malin à l’agent, l'interview de l'entourage du joueur, ou le récit d'invention, les journalistes sportifs demeurent pleins de ressources ! Ouf, sauvés...

(à suivre...)
Journalisée

Arno P-E
Administrateur PSGMAG.NET
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2 419



Voir le profil
« Répondre #1 le: 18 Juin 2008 à 20:25:47 »

Vous avez toujours voulu savoir comment les journalistes parvenaient à découvrir des jours à l’avance quel joueur allait signer au PSG, comment ces kyrielles de noms pouvaient nous être communiquées, à nous autres béotiens qui ne vivons pas dans les arcanes du mercato. Les choses sont simples : comme nous vous l’écrivions hier, c’est un métier (Cliquez ici). Et un métier pas facile en plus !

Après avoir vu à quel point il était ardu d’obtenir quelque piste que ce soit de la part de Le Guen, après avoir mesuré la difficulté de la tâche qui incombe à ceux qui doivent tirer ne serait-ce qu’un petit détail original d’un entretien avec un joueur, nous vous dévoilons aujourd’hui les dernières ressources des médias : l’interview de l’agent, ou de l’entourage du joueur.

La première chose quand on interroge un agent, c’est qu’il faut se préparer à gérer le trop plein de pistes délirantes. Au début ça peut surprendre... En effet, en interview le conseiller privé, ou plutôt le spécialiste en gestionning de carrière comme il le précise lui-même, a bien souvent eu exactement la même idée que l’agent du joueur d’à côté (qui lui en revanche est coach en managing d’orientation professionnelle de footballeurs) : ils essayent de faire croire que tout le monde veut recruter leur super joueur.

L’agent de joueur est clair : l’Europe entière veut Kabouminski !

Quoi ? Basa à Paris pour 4 millions ? Mais vous rigolez, Kabouminski il a déjà été demandé pour 6 millions par le Lokomotiv Sperbek il y a trois jours de ça, sur la vie de ma mère ! Vous voulez savoir si on parle de l’OL dans cette affaire ?... Bon, notre ami agent ne devrait pas vous le dire, mais oui, l’OL est aussi sur Basa, effectivement. Chut, c’est un secret hein (c’est pour ça qu’il le dit à un journaliste d’ailleurs, histoire que ça ne s’ébruite pas trop...). L’Angleterre ? Tiens, étonnant que vous en parliez, parce que justement oui, il y a des pistes. Et puis l’Espagne aussi. Ou la sud-Moravie inférieure. Kabouminski et son conseiller hésitent encore...

Une heure de forfait de portable plus loin, notre pauvre reporter se retrouve avec la liste complète de tous les clubs de première division d’Europe, plus quelques équipes du Qatar, tous sans exception très intéressés par le joueur. Le journaliste parlerait bien de tout ça, bien sûr, oui mais voilà : ça ne rentre plus du tout dans la case « départs » du tableau des transferts. Comme quoi, la vie est mal faite.

Mais c’est qui cet entourage du joueur ?

Aussi ne reste-t-il plus qu’à s’adresser à ce que l’on appelle l’entourage du joueur. Pour ceux qui n’auraient pas l’habitude de se rendre au Camp des Loges suivre les entraînements du PSG, voici comment reconnaître l’« entourage » d’un joueur de football professionnel. Il s’agit essentiellement d’un ou deux gars portant des lunettes de soleil Dolce Gabbana, même s’il pleut à seaux. Le plus souvent, l’entourage est venu dans un SUV dont la jante avant droite coûte plus cher que votre voiture en entier, et dont la plage arrière est munie de suffisamment d’enceintes pour équiper plusieurs succursales de chez Darty. L’« entourage » a ensuite serré la pince d’un joueur sur le parking des vestiaires avec un air renfrogné. Style je suis super occupé dans ma vie, mais bon, finalement je me suis retrouvé libre complet à Saint-Germain en Laye en plein milieu de mâtinée donc je suis passé te voir.

En règle générale, l’entourage du joueur est ravi de répondre à toutes les questions portant sur les desiderata du bonhomme. Sauf qu’ils n’ont pour idée exacte de sa future destination que ce qu’il a bien voulu leur en dire avant-hier soir dans le carré VIP des Bains, entre deux verres de vodka.

La plupart des journalistes considèrent malheureusement ce type d’informations comme peu sûres... Bon, pas tous, il faut bien que But! vive aussi, mais beaucoup.

Vous comprenez alors combien il est malaisé de dénicher l’information inédite, celle que personne d’autre ne possède ! Comment s’en sortir quand on a appelé Le Guen, le joueur, son agent, et parlé avec son entourage, en vain ? Là, on n’a plus le choix : on discute avec ses collègues salariés par le journal d’en face. Ou, pour ceux qui n’ont pas d’amis, genre les geeks d’obscurs sites internet exclusivement consacrés au mercato, on se contente de lire leurs articles parus le matin même, et on les reprend en rajoutant quelques fautes d’orthographe, histoire d’apposer sa propre griffe.

De toutes manières, même pour ceux qui ont la chance d’avoir une carte orange remboursée par le journal, et qui peuvent se rendre au Camp des Loges, tenter l’échange d’information avec les autres envoyés spéciaux en conférence de presse ne profite guère : soit les collègues en savent aussi peu que vous, et on n’avance toujours pas, soit ils garderont leur scoop pour eux. Productivité pas évidente-évidente...

Reste alors ce que l’on appelle le récit d’invention. Oui, oui, comme ce que l’on vous demandait de faire au collège : « racontez vos vacances », ou bien le célébrissime « vous avancez dans une forêt, quand soudain !... ». Là, les talents créatifs sont exploités à fond. Au journaliste de faire preuve d’imagination, d’originalité dans les noms des hypothétiques recrues à citer dans le papier du lendemain. C’est tout un art !

« Un milieu de terrain réussit une passe à l’Euro, quand soudain !... »

Pour ceux qui la jouent facile, l’article ne comptera pas de piste surprenante : juste un ou deux joueurs déjà cités il y a quelques jours, évoluant en L1 à un poste où Paris a un besoin évident de se renforcer. Petit bras quoi. On pourrait par exemple citer Koné, ou Gomis. Personne ne sait vraiment s’ils ont été approchés part le club, mais leurs noms sont revenus dans différents médias, c’est à peu près crédible, bref, ça se tente.

Pour pimenter l’article, le reporter peut préciser que la piste n’avance toujours pas. Ca mange pas de pain et ça permet de mettre un peu de pression sur la cellule recrutement du PSG... En fait, il y a toutes les chances que les négociations n’avancent pas pour la bonne et simple raison qu’elles n’ont jamais commencé. Mais ça, c’est un problème qui ne concerne pas tellement celui qui est chargé d’écrire son article spécial mercato : chacun sa croix.

Après, il y a les journalistes ambitieux. Ceux qui veulent un papier qui en jette, le truc qui t’ouvre les portes de L’Equipe, voire d’une rubrique sur yahoosport (la consécration). Là, il faut donner dans l’exotique. L’idée, quand on n’a aucune info de sérieuse, c’est de se la jouer psychologue, genre profiler : se mettre à la place de Roche, pour trouver un joueur peu connu que lui pourrait vouloir recruter.

Mais là, on est à un autre niveau : obligé de rechercher du côté des joueurs qui n’évoluent pas en L1, faut être original. Et l’original, ça, ça demande du boulot. Bon, heureusement, là, il y a l’Euro, ça aide un peu. Attention, c’est pas marrant comme taf hein : il faut se taper des matches qui n’intéressent que les autochtones, genre Pologne-Autriche (on avait prévenu, journaliste c’est un sacerdoce). Tout ça pour trouver le nom d’un milieu de terrain potable, qui rendrait une rumeur crédible. Et zou, voilà comment on sort l’article qui claque bien sur Roger Guerreiro, international polonais. La classe...

Dans la même veine, mais encore plus dur, on peut tenter la même avec un joueur sud-américain. Mais là ça oblige à surfer sur YouTube pour visionner des best off filmés n’importe comment, et montés avec de la musique genre samba qui fait saigner des oreilles dès la première écoute. Pas facile tous les jours tout ça...

Alors la prochaine fois que vous profiterez du travail de tous les Pulitzer de la rumeur de recrutement en allant consulter de manière éhontée la revue de presse du forum mercato, j’ose espérer que vous garderez à l’esprit tous les efforts qui ont permis de commettre ces articles. Que vous jugerez ces écrits à leur juste valeur... quand vous irez les lire gratuitement.

Bah quoi ?
Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2008, Simple Machines | Infos PSG | Football-Foot | Pronos foot
Thème PSGMAG.NET by Satanas