Pages: 1 ... 7 8 [9]   Bas de page
Ce sujet n'a pas encore été noté !
Vous n'avez pas encore noté ce sujet. Choisissez une note :
Auteur Fil de discussion: [L1] OM - PSG  (Lu 60757 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Lavoute
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 312



Voir le profil
« Répondre #120 le: 11 Octobre 2012 à 10:57:48 »

Citation
Par exemple, sur le coup de coude, à vitesse réelle, j'ai pas vu qu'amalfitano avait mis son coude contre matuidi. Je pensais que c'était un choc après un duel sur un ballon aérien.

Regarde bien les images, ce n'est pas du tout un duel aérien. On voit bien Matuidi sauter en regardant le ballon, et par contre, Amalfitano ne regarde que Matuidi, prend son élan, et lui saute dessus. Il ne cherche pas une fois à prendre le ballon
Journalisée

papy_tergnier
Pilier PSG MAG'
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 516


Voir le profil
« Répondre #121 le: 11 Octobre 2012 à 11:09:50 »

tu as oublié la fin de ma phrase et tu confirmes exactement ce que j'ai dit :

Citation
Par exemple, sur le coup de coude, à vitesse réelle, j'ai pas vu qu'amalfitano avait mis son coude contre matuidi. Je pensais que c'était un choc après un duel sur un ballon aérien. Alors oui avec les ralentis et une caméra devant les 2 joueurs on le voit bien.

Citation
Regarde bien les images, ce n'est pas du tout un duel aérien

comme je l'ai dit : sur le coup, sans le ralenti, j'avais pas vu. Après en regardant bien les images, oui je l'ai vu ...
Journalisée

Méass
Membre bavard PSG MAG'
****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 103


Voir le profil WWW
« Répondre #122 le: 20 Octobre 2012 à 10:39:51 »

Marseille 2-2 PSG: Gignac et Ibrahimovic



Gignac et Ibra ont chacun marqué deux fois dans Le Classique.

Il n'y avait aucune surprise dans la compo d'Elie Baup - il s'agit de son 11 de premier choix depuis les départs d'Azpilicueta et de Mbia.

Ancelotti a fait jouer Pastore, et Jallet et Alex faisaient leur retour en défense.

Ce fût un match plaisant avec quatre jolis buts, mais la bataille tactique n'était pas particulièrement intéressante.


Bataille au milieu de terrain

En utilisant trois milieux centraux, un meneur de jeu, et un deuxième attaquant qui décroche, le PSG était toujours en mesure de dominer le milieu. C'est ce qu'ils avaient fait contre Porto mercredi soir, mais leur jeu de passe était trop lent pour créer des brèches, laissant le temps à Porto pour se réorganiser dans une formation solide.

Marseille a commencé par presser mais est devenue progressivement passive quand elle n'avait pas le ballon. La principale caractéristique de leur jeu défensif était de rester compact et de n'offrir aucun espace au PSG entre les lignes du milieux et de la défense, bien que l'un de leur milieux centraux restait en place alors que l'autre montait fermer les espaces un peu plus haut.


Les attaques du PSG

Par rapport au match contre Porto, il y avait deux choses qui allaient mieux du côté de Paris. Les passes étaient plus rapides et plus de joueurs montaient pour occuper des positions offensives - les arrières latéraux ont apporté de la largeur, les "verrouilleurs" ont réalisé des courses et proposé des solutions pour les passes. Ces deux traits sont liés - plutôt que de faire circuler le ballon latéralement, Matuidi, Veratti et Chantôme l'amenait devant.

Zlatan a décroché pour venir chercher les ballons et encourager les autres à aller de l'avant - les défenseurs centraux de Marseille ne le suivait généralement pas, car ils devaient faire attention aux courses en profondeur de Menez et Pastore. Le PSG a aussi tenté de sauter le milieu de terrain en transmettant directement à Ibra - c'était surtout Thiago Silva qui réalisait les passes longues, mais elles se sont rarement traduites par des situations prometteuses.


Les attaques de Marseille

Dans Le Classique de l'année dernière, Marseille a gagné grâce à un très bon jeu sur les ailes - spécialement à droite, avec les enchaînements entre Azpilicueta et Amalfitano.

Ils ont encore essayer de jouer sur les ailes, bien que les arrières latéraux soient restés prudents et n'aient pas été capables de créer des situations de deux contre un assez souvent. En fait, on a pas beaucoup vu les ailiers de Marseille, et la menace sur les côtés venait des deux attaquants centraux.

Valbuena a joué son rôle classique d' "ailier central", partant toujours du centre du terrain pour finir le long de la ligne de touche pour créer le surnombre et permettre de centrer. Gignac a bougé de la même façon, se plaçant rarement entre les deux défenseurs centraux, préférant prendre les couloirs. Son premier but est venu d'une telle position.

Cette partie n'était pas très différente du Classico (Barça Real NdT) - globalement pas très tactique, et surtout deux joueurs en feu devant le but adverse. Le doublé d'Ibra était hors du commun - une volée du talon dont il a le secret sur corner, puis un énorme coup franc de 28 mètres. Les buts de Gignac - un tir dans un angle étroit dans le coin opposé et une tête au milieu d'une forêt de joueurs - étaient moins spectaculaires mais plutôt réussis. En réalité, toutefois, seule la tête de Gignac provenait de quelque chose ressemblant à une occasion nette, et il y a eu peu de créativité en première période.


Deuxième mi-temps

Ancelotti a sorti Pastore pour faire entrer Gameiro dans le rôle de second attaquant à côté d'Ibra en deuxième mi-temps. Menez s'est retrouvé seul milieu offensif, et n'est pas passé loin de créer le troisième but avec une bonne passe en profondeur - mais Gameiro a manqué le cadre.

La seconde période s'est joué sur un rythme bien plus lent, comme si les deux entraîneurs étaient prêts à accepter un résultat nul. Le positionnement global des Marseillais est devenu plus défensif - Gignac et Valbuena ont reculé au niveaux des milieux du PSG - alors qu'Ancelotti a effectué un changement défensif à un quart d'heure de la fin, remplaçant Menez par vdW, demandant au hollandais de couvrir Jallet à droite. Voilà pour résumer ses intentions, et la deuxième mi-temps a été un non-match.


Conclusion

Le trait le plus intéressant du match était la façon dont Marseille a déplacé ses attaquant d'un côté à l'autre, sans doute pour profiter de la faiblesse du PSG sur les ailes, ce qui leur avait coûté le match à Porto. L'OM a sans doute manqué de qualité de la part des joueurs de couloirs pour tirer pleinement profit de la situation. Le jeu de passes de Paris était plus incisif et ses milieux plus aventureux, même si comme le Milan AC et l'Inter avant eux, ils sont en train de tomber dans le piège d'une trop grande Ibra-dépendance.


L'original ici.
« Dernière édition: 20 Octobre 2012 à 10:45:30 par Méass » Journalisée

Pages: 1 ... 7 8 [9]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2008, Simple Machines | Infos PSG | Football-Foot | Pronos foot
Thème PSGMAG.NET by Satanas